Les Forces armées canadiennes poursuivent leur longue tradition à l’Exposition nationale canadienne en cette 150e année du Canada

Article / Le 16 août 2017 / Numéro de projet : c-ar-17-08-16

Par : Sous-lieutenant Philip Ngo, Affaires publiques, 4e Division du Canada

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Toronto (Ontario) — L’Exposition nationale canadienne (ENC) est une foire agricole annuelle qui dure 18 jours et elle marque traditionnellement la fin de l’été à Toronto. Au‑delà de l’événement annuel, il existe une solide relation sous-jacente entre les forces armées du Canada, l’ENC et le secteur environnant appelé Exhibition Place.

En parcourant du regard tout ce qui se passe sur les terrains de l’ENC, qui se tient du 18 août au 4 septembre, vous ne remarquerez peut-être pas tous les éléments cachés qui ont revêtu une importance dans l’histoire de notre pays. Il y a moins d’un siècle était établi ici un centre militaire clé de casernes et d’instruction. Même aujourd’hui, on peut en apercevoir des vestiges un peu partout  dans le secteur.

Bien avant que l’ENC prenne son caractère commercial, l’endroit a été un poste militaire stratégique dans les années 1700. Fort York y a été établi en 1793, ses pièces d’artillerie y étant disposées pour protéger la brèche occidentale donnant accès au port de Toronto. Cet emplacement a joué un rôle de grande importance pendant la guerre de 1812, car il a servi à défendre le territoire contre l’invasion et dissuadé les Américains d’attaquer au sud.

« Quand les Américains ont envahi le pays en 1813, ils ont débarqué sur les terrains de l’exposition et se sont heurtés au capitaine James Givins des Queen’s Rangers (unité aujourd’hui connue sous le nom de Queen’s York Rangers du 32e Groupe-brigade du Canada) ainsi qu’à ses alliés autochtones et à ses soldats », affirme le capitaine John Link, représentant des affaires publiques du Queen’s York Rangers. The Queen’s York Rangers est un régiment blindé de reconnaissance avec les escadrons de Toronto et d’Aurora.

Pendant tout le XIXe siècle et au début du XXe, les liens entre les forces armées et l’Exhibition Place ont perduré. Pendant la Grande Guerre, le Canada s’est servi de l’endroit pour entraîner et loger les soldats. L’ENC annuelle était utilisée pour renseigner le grand public sur l’effort de guerre du Canada et pour faire des démonstrations militaires. Les visiteurs pouvaient observer des manœuvres militaires, voir les soldats s’exercer à exécuter des drills, et descendre dans les tranchées. Ces terrains ont joué un rôle important dans la mise sur pied d’une milice prête à intervenir pour assurer la défense du Canada.

Aujourd’hui, l’ENC demeure un événement clé pour les Forces armées canadiennes (FAC), car elle leur permet de sensibiliser, de faire des démonstrations et d’interagir avec un vaste public. En 2016, 1,7 million de personnes sont venues à l’ENC, ce qui a permis aux FAC de maximiser son rayonnement dans la plus grande ville canadienne. Tout comme c’était possible de le faire au début des années 1900, l’ENC donne aux visiteurs l’occasion de faire la connaissance de nos soldats et de voir ce qu’ils font pour notre pays.

« Nous continuons notre tradition de participer à l’ENC en présentant notre personnel, notre équipement et les occasions de servir », mentionne le brigadier-général Stephen Cadden, commandant de la 4e Division du Canada. « L’ENC nous permet de dialoguer directement avec les Canadiens et les Canadiennes et de leur montrer qui nous sommes et ce que nous faisons. Depuis 150 ans, le Canada affirme sa présence à l’Exhibition Place, et nous sommes fiers d’entretenir cette tradition. »

Date de modification :