Les Rangers canadiens interviennent lors de crises dans le Nord de l’Ontario

Galerie d'images

Article / Le 29 juin 2017 / Numéro de projet : 17-09-06-3crpg

Par Lonny Kates, Affaires publiques de la 4e Division du Canada

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Récemment, les Forces armées canadiennes (FAC) ont envoyé des Rangers canadiens du 3e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (3 GPRC), basé à Borden (Ontario), dans deux collectivités des Premières nations situées dans des régions éloignées du Nord de l’Ontario afin d’apporter de l’aide à la suite d’une série de suicides qui ont provoqué une crise santé mentale chez les jeunes de ces régions. 

Situées à environ 600 kilomètres au nord de Thunder Bay (Onario), les Premières nations Wapakeka et Nibinamik ont déclaré l’état d’urgence en juin 2017 et ont demandé de l’aide du gouvernement. Les Rangers canadiens ont répondu à l’appel et envoyé des ressources dans ces collectivités dans les jours suivant la demande d’aide afin que la province et d’autres ministères fédéraux aient le temps de s’organiser et d’envoyer des ressources supplémentaires.

En tant que membres des Premières nations, les Rangers canadiens sont en mesure de répondre aux besoins des collectivités nordiques. Ils travaillent en étroite collaboration avec les conseils de bande locaux et d’autres organismes afin de corriger les situations jusqu’à ce que l’aide des FAC ne soit plus requise.

Trois instructeurs des Rangers canadiens et treize Rangers canadiens se sont rendus à Nibinamik tandis que quatre instructeurs des Rangers canadiens et vingt Rangers canadiens sont intervenus à Wapekeka.

« Nous ne sommes pas des experts en aide psychologique. Ce n’est pas une intervention de santé mentale », a expliqué le lieutenant-colonel Matthew Richardson, commandant du 3 GPRC. « Nous apportons une aide provisoire en attendant que les autres organismes gouvernementaux préparent leur intervention. »

Pendant qu’ils étaient dans ces régions, les Rangers ont mené des patrouilles de prévention du suicide et organisé des activités de mobilisation auprès des jeunes, qui ont notamment monté des tentes, coupé du bois, allumé des feux et fait de la pêche.

Leur aide a été bien accueillie dans ces collectivités. « Nous sommes reconnaissants de l’aide des Rangers canadiens, qui se sont mobilisés pendant cette crise de suicides », a indiqué la Nation nishnawbe-aski (NNA) dans une déclaration rédigée. « Il s’agit d’une intervention sans précédent, et nous sommes certains que la présence des Rangers procure un sentiment de réconfort et de sécurité dans la collectivité. » La NNA représente 49 Premières nations du Nord de l’Ontario, dont Wapekeka et Nibinamik.

Les Rangers canadiens qui ont apporté de l’aide à ces collectivités ont depuis quitté ces régions, car d’autres ministères et organismes ont repris le flambeau et poursuivent le travail positif que les Rangers canadiens ont accompli pendant l’été. Si ces collectivités se retrouvaient dans le besoin, les Rangers seraient prêts, comme toujours, à répondre à l’appel et à offrir du soutien à la demande du gouvernement du Canada.

Date de modification :