Des Rangers canadiens forment leurs homologues australiens

Article / Le 17 février 2020 / Numéro de projet : 19-0316

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Écrit par le lieutenant Natasha Tersigni, officier des affaires publiques du 4e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens

Victoria (Colombie-Britannique) — Dix membres de la Force mobile du Nord-Ouest (NORFORCE) de la Réserve de l’armée australienne ont échangé leurs chapeaux de soleil pour des tuques et se sont rendus en Colombie-Britannique pour l’exercice NORTHERN LIGHTS 2019 (Ex NL19), organisé par le 4e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (4 GPRC).

La NORFORCE et le 4 GPRC collaborent depuis le premier Ex NL en 2011. Bien qu’ils travaillent dans des conditions climatiques énormément différentes, ils sont tous des experts de la vie en milieu sauvage qui contribuent à la sécurité nationale et à la sécurité publique dans les régions éloignées et isolées de leur pays respectif.

« Cet échange continu s’est avéré extrêmement efficace avec bon nombre des meilleures pratiques apprises des deux côtés, ainsi que des échanges culturels très utiles, notamment en termes de culture autochtone, » explique le lieutenant-colonel Russ Meades, commandant du 4 GPRC. « Non seulement cet échange renforce nos unités respectives, mais il renforce les liens entre le Canada et l’Australie, deux pays alliés du littoral du Pacifique qui se ressemblent. »

Du 10 au 22 novembre 2019, les membres de la NORFORCE ont participé à une variété d’activités d’instruction données par les Rangers canadiens de Victoria, Terrace et Smithers en Colombie-Britannique. Elles comprennent :

  • le fonctionnement du fusil réglementaire C19 des Rangers canadiens et l’apprentissage sur les prédateurs que l’on peut rencontrer dans le nord de la Colombie-Britannique;
  • la sécurité en cas d’avalanche et l’équipement utilisé lors de la patrouille dans l’arrière-pays;
  • le fonctionnement d’un hélicoptère en conditions hivernales;
  • les opérations de nuit dans l’arrière-pays;
  • la conduite de motoneige en montagne.

« C’est incroyable de voir les ressemblances que nous avons avec les Rangers canadiens, » explique le major James Oliver, l’officier responsable de l’Escadron Arnhem de la NORFORCE. « La distance que nos gouvernements nous demandent de patrouiller en régions éloignées, les endroits où nous recrutons ces soldats, la quantité d’information que nous transmettons par ces soldats dans les communautés éloignées - ce n’est que la pointe de l’iceberg. »

Bien que les tâches soient semblables de celles des membres de la NORFORCE, les conditions climatiques du Canada représentaient un défi.

« Nous effectuons des tâches similaires à celles des Rangers canadiens, mais par temps froid, cela ajoute une couche supplémentaire de résilience à nos soldats, » ajoute le Maj Oliver. « Nous rendons les soldats inconfortables, ce qui n’est pas difficile avec les conditions climatiques au Canada en ce moment. Tous ces soldats n’ont jamais vu leur respiration avant, ça les sort donc de leur zone de confort. »

Pour le soldat Joel Daniels de l’Escadron Arnhem de la NORFORCE, l’Ex NL19 était sa première visite au Canada et c’est une occasion d’instruction qu’il n’oubliera pas de sitôt.

«  C’était une expérience incroyable. On m’a dit de me préparer au temps froid, mais je ne m’attendais pas à ce que ça soit si froid. Je suis vraiment content qu’on nous ait prêté de l’équipement hivernal qui était utilisé au Canada, » dit-il.

« L’instruction que j’ai le plus aimée est la motoneige. Nous utilisons des véhicules tout-terrain en Australie, mais la motoneige est tellement différente. »

Tandis que l’Ex NL19 tirait à sa fin, l’attention s’est tournée à l’exercice SOUTHERN CROSS 2020, laquelle verra des membres du 4 GPRC se rendre en Australie.

« L’année prochaine, en août 2020, nous répéterons l’échange d’instruction et nous donnerons l’instruction aux Rangers canadiens qui viendront en Australie sur la façon de mener des opérations et de vivre dans un climat chaud, » ajoute le Maj Oliver.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :