La Course de l’Armée du Canada : Il est crucial d’appuyer nos troupes, particulièrement durant la COVID-19

Galerie d'images

Article / Le 16 septembre 2020 / Numéro de projet : 20-0120

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par Moira Farr, Affaires publiques de l’Armée

Ottawa (Ontario) — La Course de l’Armée du Canada de cette année va bon train avec des milliers de participants qui courent, marchent ou roulent « virtuellement » au pays et dans le monde, jusqu’au 20 septembre. 

Pendant qu’ils se mettent au défi physiquement et mentalement, tous les participants recueillent des fonds très nécessaires pour les deux organismes caritatifs des Forces armées canadiennes : Appuyons nos troupes et Sans limites. 

Cette année, plus que jamais, le besoin de dons est grand pour maintenir des programmes, que ce soit pour que les enfants puissent aller au camp de vacances ou recevoir une bourse d’études, ou pour offrir du soutien aux militaires malades ou blessés pendant leur guérison et leur réintégration à leur collectivité. 

« La COVID a vraiment compliqué les difficultés avec lesquelles doivent composer nos soldats malades ou blessés », souligne Scott Johnson, vice‑président associé, développement interne d’Appuyons nos troupes. « Lorsqu’on se sent déjà isolé et qu’une chose comme ce virus arrive et qu’on vous encourage à ne pas interagir avec les gens, c’est là que nous voulons être là pour les aider. » Voilà pourquoi on a créé un fonds spécial COVID-19, ajoute-t-il, « pour aider cette cohorte, alors lorsqu’ils sont prêts à reprendre du collier, ils peuvent être pleinement fonctionnels, résilients et prêts à se mettre à l’œuvre. » 

Cent pour cent des fonds recueillis servent à aider les militaires et leurs familles

Georgia Brown, entame sa deuxième année comme étudiante à l’Université d’Ottawa, et elle est récipiendaire d’une bourse pour terminer son programme d’enseignement du français, sait exactement comment et pourquoi Appuyons nos troupes aide les familles militaires. « Mon père a servi pendant 35 ans dans la Marine et il a pris sa retraite l’an dernier, tandis que ma sœur jumelle s’est enrôlée dans la Réserve en tant qu’Opérateur d'équipement d'informations de combat (OP EICM) dans le NCSM Carleton la même année. J’ai toujours su ce qu’était Appuyons nos troupes, alors quand est venu le temps de m’inscrire à l’université, il va sans dire que c’est la première bourse à laquelle j’ai songé », affirme Brown. « Lorsque j’explique ça à des amis qui n’ont pas grandi dans le monde militaire, je leur dis comment Appuyons nos troupes aide les familles pour des choses comme les garderies. Ma mère a pu travailler pendant que mon père était ailleurs. » 

Georgia, sa sœur et sa cousine, qui habitent ensemble, participent cette année à la course de 5 km, choisissant un parcours qui longe le canal Rideau. Une autre amie et son père font partie de l’équipe de Georgia et ils font la course dans leur voisinage. « C’est difficile de convaincre les gens de courir seuls, mais en parlant de mon expérience personnelle, j’encourage les gens à participer à la Course. »

« Je dois tant à Sans limites »

Le caporal‑chef (retraité) Jason Israel, ambassadeur de la Course de l’Armée, fait le Défi du commandant cette année – un demi‑marathon de 21,1 km, en plus de 5 km quotidiens pendant huit jours. Malgré le fait qu’il souffre de symptômes graves de trouble de stress post-traumatique qui lui donnent des flashbacks de ses trois missions en Afghanistan quand il court, le cplc (ret) Israel est déterminé à compléter le défi et à inspirer les autres. Libéré de l’Armée en 2016, après 15 années de service, il a un bilan impressionnant en tant que coureur et entraîneur aux Jeux Invictus (Toronto, 2017) et aux Warrior Games (Colorado, 2019). 

« J’ai beaucoup de difficultés sur le plan physique, parce que mes missions m’ont empêché d’atteindre le niveau de performance que je souhaite. Je sais que je vais trouver ça difficile, mais c’est pour montrer à tout le monde que même lorsqu’on est en difficulté, on peut quand même réussir et aller de l’avant. »

Pour Jason, aller de l’avant a compris une thérapie et, plus récemment, le fait d’être plus disposé à parler ouvertement de ses expériences, grâce à Sans limites. « Il y a un représentant dans chaque secteur; il dit aux soldats libérés : “Je veux que vous vous inscriviez à des choses. Nous voulons vous aider à progresser et vous montrer comment aller de l’avant.” » 

Outre le soutien émotionnel et moral, Jason a reçu une subvention de Sans limites pour acheter un kayak qui lui a permis de sortir dehors et de prendre l’air avec sa famille. 

« Jason Israel a été une véritable inspiration au sein de la collectivité de Sans limites », affirme le major (retraité) Jay Feyko, ambassadeur de Sans limites. « Malgré son propre parcours tortueux vers le rétablissement, il continues de motiver, d’inspirer et de soutenir ses camarades malades ou blessés grâce à son leadership naturel. Jason incarne le soldat sans limites ainsi que la mission, le but et les valeurs du programme. »

Pour faire un don à un participant de la Course de l’Armée du Canada, rendez-vous à la page : https://raceroster.com/events/2020/32219/canada-army-run-virtual/participants

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :